29 juin 2006

PORTABLES FUNÈBRES (vous avez demandé la mort, ne quittez pas...)

Je déteste les sonneries personnalisées de portable. Je ne vais pas écrire ici sur l’usage névrotique qui peut être fait du portable. Après tout on peut faire un usage névrotique d’à peu près n’importe quoi : l’étude des langues finno-ougriennes, le volontariat humanitaire (surtout lui !), les robots de cuisine, enfin… Et puis tout bien considéré je les trouve fort pratiques, ces petits appareils. Surtout quand je repense à ces longues quêtes d’une cabine à pièces pas défoncée (après avoir douloureusement constaté qu’on... [Lire la suite]
Posté par Pabl o à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

26 juin 2006

EDEN VIDE ?

Au début de l’année 2006 une expédition scientifique a pu explorer une région de Nouvelle-Guinée où l’homme, semble-t-il n’avait jamais vécu ni même pénétré. « C’est presque le Jardin d’Eden sur terre. » C’est en ces termes que Bruce Beehler, vice président du Melanesia Center for Biodiversity Conservation et responsable de l’expédition, exprimait son enthousiasme.Du moins c’est ce que nous apprend cette page. De fait, le terme Eden est revenu dans les récits de l’expédition avec une surprenante constance. D’autant plus... [Lire la suite]
Posté par Pabl o à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
22 juin 2006

WELTANSCHAUUNG

HAMLET Combien de temps un homme gît-il en terre avant de pourrir? LE FOSSOYEUR Ma foi, si ça n’est pas pourri avant de mourir — parce qu’on voit beaucoup de corps de vérolés ces temps-ci, à peine s’ils tiennent quand vous les mettez en terre —ça peut bien vous durer huit à neuf ans. Un tanneur vous durera neuf ans. HAMLET Pourquoi celui-là plus qu’un autre? LE FOSSOYEUR Ça, monsieur, il a le cuir si tanné par le métier que sa peau résiste à ... [Lire la suite]
Posté par Pabl o à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
18 juin 2006

GENTLEMEN, SYNCHRONISONS NOS MONTRES…

...dit toujours le colonel Hottington à la fin du briefing avant de lancer ses parachutistes à l’assaut de la colline férocement défendue par l’Obersturmbannführer Von Graz et ses SS fanatiques (ils vont voir ce qu'ils vont voir, ceux-là!). Le colonel Hottington pose sa badine sur la table, amène son poignet gauche à hauteur du regard, lève un sourcil en même temps qu’il baisse une paupière (ce qui exige des dispositions!) et règle sa montre réglementaire d'un air inspiré en manipulant le remontoir entre son pouce et son index... [Lire la suite]
Posté par Pabl o à 23:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
15 juin 2006

LA FARANDOLE DES PETITES VIEILLES AUX YEUX SECS

pour Camille, qui avait aimé cette histoire. Il m’arrive de lire les journaux. Et quelquefois une nouvelle surnage. Je ne m’en rends pas compte jusqu’à constater quelques jours, voire quelques semaines plus tard, que je l’ai toujours en tête, comme une de ces mélodies imbéciles qu’on entend à la radio et dont on n’arrive plus à se défaire. Les mères de la place de Mai ont cessé de tourner. Après des milliers de jours de leur lugubre farandole, elles ont replié leurs pancartes et son rentrées chez elles. "C’est... [Lire la suite]
Posté par Pabl o à 20:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 juin 2006

CANICULE ET CARPACCIO (chronique d'une sévère gueule de bois)

C'était un très chaud dimanche de juin, à Lyon. Nous avions dormi sur un matelas posé au sol dans une chambre très haute de plafond dont les boiseries et moulures rococo formaient, outre le dit-matelas, tout l'ameublement et toute la décoration. Le reste de l'appartement dont les hautes fenêtres donnaient sur la Saône présentait ce même aspect de noblesse désargentée. Nous sentions encore l'alcool et la température caniculaire de deux heures de l'après-midi nous laissait poisseux d'une sueur aigre que la douche ne... [Lire la suite]
Posté par Pabl o à 11:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 juin 2006

POURQUOI CE BLOG? (oui, pourquoi?)

J’adore cette question : ça semble être une espèce d’exercice obligé pour qui s’élance dans la blogosphère. (Comme s’il fallait se justifier et surtout  comme si on savait pourquoi on fait les choses : pourquoi me suis-je marié? pourquoi ai-je choisi ce métier? pourquoi ai-je commandé un vin blanc plutôt qu’une bière ?) Qu’importe, j’adore les exercices obligés : la confection des omelettes dans les écoles hotelières, le nu dans les académies de peinture, que sais-je encore? N’ayant aucune idée de ce qui me pousse à... [Lire la suite]
Posté par Pabl o à 15:50 - - Commentaires [8] - Permalien [#]