Les élections présidentielles approchent qui vont réorienter durablement la politique de la France et je tente de faire un bilan des enjeux.

La presse s’est largement fait écho ces derniers mois d’un supposé “déclin de la France”. Si ce déclin existe, nous sommes peut-être encore en mesure de l’enrayer. Il est vrai que les finances publiques sont arrivées à un point de déséquilibre catastrophique. Mais ce qui est pire est qu’on a vu se créer un fossé entre les électeurs et les politiques. Cette méfiance envers les institutions fait le jeu de l’extrême-droite à travers des votes de protestation.

Les électeurs inquiets des effets de la globalisation sur la croissance et leur niveau de vie, ont cessé de croire que les politiques pouvaient apporter des solutions à leurs problèmes. Les délocalisations se poursuivent et la précarité progresse. Il faut donc espérer que le prochain président de la république saura prendre en compte à chaque instant les inquiétudes et aspirations qui s’expriment dans un contexte global chaque fois plus inquiétant. Ce qui n’empêche qu’il faudra bien se décider à effectuer une considérable modernisation des institutions : l’évolution du contexte géopolitique et macro-économique l’a rendue nécessaire et urgente.

La lutte contre l’insécurité doit être une priorité, de même que l’éducation et l’emploi. Mais le vainqueur des prochaines élections quel qu’il soit devra aussi et surtout réinstaurer la confiance dans les institutions, en réaffirmant en particulier la pleine validité des valeurs humanistes de la République, de sa capacité d’intégration et de sa volonté d’offrir à chacun les meilleures opportunités d’avenir, en particulier à travers le système éducatif. Nous avons besoin de retrouver un élan créateur, une volonté d’entreprendre, qui seule permettra au pays de sortir du marasme, de renouer avec la croissance et de créer de la richesse. C’est cela qui est fondamental.

Sur le plan international, il devient urgent de réexpliquer quels étaient les enjeux réel du referendum constitutionnel dont les résultats, en marginalisant le pays au sein de la communauté, ont été catastrophiques. Dans une Europe forte réunie autour de ses valeurs démocratiques la France pourra faire entendre sa voix sur la scène internationale et contribuer au règlement des conflits qui menacent la sécurité globale et encouragent le terrorisme.

Et surtout, espérons que nos candidats auront l’audace d’une vision à long terme et mèneront leur action dans un cadre respectueux de l’environnement car le réchauffement climatique est bel et bien le défi de la prochaine décennie. Avec un souci de créer une croissance durable qui permettra au pays les plus pauvres de trouver la voie d’un développement qui prenne en compte les spécificités de chacun, en particulier à travers les

(Je plaisante.)

On dirait que nos moutons se sont enfuis...


LES_MOUTONS__fin_de_texte_