Les actuels déboires judiciaires d'un torchon français prétendumment satirique (Professeur Choron, réveille-toi, ils sont devenus fous !) ayant remis en scène une affaire dite "des caricatures de Mahomet", je remets pour ma part en ligne ce billet inspiré à l'époque par les évènements, et publié sur ce blog.


Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les chiens !

Les démocraties occidentales sont, on le sait, rongées depuis des générations par la lèpre de leur hypocrisie, mais depuis quelques jours des gougnafiers plus ou moins barbus ont entrepris de mettre le doigt sur un abcès dialectique tout particulièrement purulent et verdâtre communément nommé " valeurs morales " ou " valeurs essentielles de la démocratie ", ce qui a provoqué un suintement médiatique qui fait encore progresser la maladie.
Petit rappel des faits :

il y a déjà quatre mois, un magazine danois publiait quelques caricatures sur le prophète de l’Islam. Pour ceux qui ont eu la malchance comme moi de voir ces perles de bêtise et de mauvais goût, elles n’auront pas été sans rappeler d’autres caricatures publiées il y a 70 ans dans un autre pays situé juste au sud du Danemark lesquelles visaient (et finirent par atteindre) un autre peuple également sémitique.

Les musulmans se sentant offensés par cette ordure déversée sur leurs croyances et leur culture ont commencé par boycotter les yaourts danois dans les supermarchés de la péninsule arabique. On est bien libre de boycotter ce qu'on veut mais quand même ça prouve bien que ce sont des monstres fanatiques, sinon il renieraient leurs valeurs pour manger du yaourt, voire ils n’auraient aucune valeur comme tout Occidental cynique, jouisseur et décérébré qui se respecte.

Évidemment, le boycott commence à faire du bruit en Europe parce que l’industrie agro-alimentaire danoise perd de l’argent dans l’affaire et de nos jours en, Occident, perdre de l’argent est le blasphème suprême, bien plus que de représenter le fondateur d’une religion aussi brillante que l’islam comme un assassin cynique et pervers (blessant profondément par là des millions de personnes qui suivent ses enseignements). Ça prouve bien que ce sont des monstres fanatiques, sinon ils abandonneraient les enseignements de l’Islam pour gagner plus d’argent et devenir aussi répugnants que les Occidentaux.

Là-dessus, les mouvements intégristes islamistes (qui, rappelons-le sont à l’Islam ce que le protestantisme fondamentaliste américain est au christianisme) s’emparent de l’affaire, qui n'en méritait certe pas tant, et organisent des jeux collectifs devant quelques ambassades et autres centres culturels, brûlant des drapeaux et diverses marionnettes. Rien que de très mutin et en somme de très comparable à ce qui s’observe dans n’importe quelle tribune lors d’une demi-finale de championnat de France de football. Mais ça prouve quand même que ce sont des monstres fanatiques, sinon ils renieraient leurs valeurs pour aller voir des matches de football mais que voulez-vous ces sauvages se refusent même à boire de la bière.

Seulement en l’occurence les participants à ces sauteries pyro-ludiques portent barbe et djellabah et il se trouve que ce déguisement est un des rares qui fasse suffisament peur à l’Occidental moyen pour qu’il sorte de la torpeur physique et morale dans laquelle il est vautré, devant sa télé, un pouce dans la bouche et l’autre… je préfère ne pas savoir où, contemplant alternativement son écran et la part de pizza restant dans la boite en carton sur la table basse, sans arriver à se décider s'il va la manger ou pas. Tout ces cons d’Arabes feraient d'ailleurs bien de l'imiter et ça prouve bien que ce sont des monstres fanatiques, sinon il oublieraient leur tradition tant d'hospitalité que gastronomique pour manger de la pizza, vautrés seuls devant la télé.

Les hommes politiques danois puis européens en profitent pour se refaire une virginité idéologique (toujours bienvenue en ces temps de crise des institutions), prétendant ne pas pouvoir influer sur une presse supposée indépendante, comme si la presse était indépendante, comme si le sieur Sarkozy n’avait rien fait pour stopper la publication d’un ouvrage par ailleurs méprisable relatant les infidélités de son épouse, et comme si il n’existait aucun lien entre le pouvoir, les puissances financières et la presse. Mais non, la presse est indépendante, c’est connu, et les musulmans devraient en prendre de la graine. Ça prouve bien que ce sont des monstres fanatiques, sinon ils nous croieraient quand on leur dit que la presse est libre, pas comme chez eux !

Et pour finir, en un de ces grands élans de crapulerie corporatiste, une meute de pisse-copie entreprend de se donner des airs de martyr de la liberté d’expression (ce qu’ils prétendent exactement exprimer, nous ne le saurons probablement jamais) en revendiquant le droit à traiter Mahomet de vieux salopard alors qu’ils n’oseraient jamais publier une caricature de Serge July commettant un des innombrables attentats contre la langue et la pensée qui constituent son fond de commerce depuis trente ans. Quant aux prétendus intellectuels qui revendiquent le droit au blasphème, j’attends de les lire blasphémant contre la maison Gallimard…

Le seul point positif de cette affaire (pour le moment) c’est que BHL n’est pas encore intervenu, trop occupé qu’il est à rafraichir outre-Atlantique son aura écornée par les biographies publiées sur lui ces derniers mois. Mais on est en droit de s’attendre au pire.

En se forçant encore un peu (beaucoup, même, mais enfin tâchons de voir un peu le " bon " côté des choses), on pourra aussi considérer comme positive la notoriété acquise par un gribouilleur de troisième zone officiant dans un torchon scandinave, qu’on finira bien par nous faire passer pour un nouveau Daumier ainsi qu'on a porté aux nues Salman Rushdie, lequel n’a toujours pas remercié l’ayatollah Khomeini de l’avoir sauvé de son destin de méprisable écrivaillon sans talent (quelle ingratitude !).

Bref entre des Danois marchands de fromage se lamentant pour leur chiffre d’affaire, des caricaturistes abrutis, racistes et sans talent, des politiques lâches et cyniques (si je puis risquer ce pléonasme), des intégristes salafistes braillant comme des putois enragés pour défendre les cinq piliers de l’Islam alors qu’ils ne se rappellent même pas les quatre premiers et n’ont toujours pas compris le cinquième, les médiocres plumitifs de la presse occidentale défendant la liberté d’exprimer des idées qu’ils seraient bien incapables d’avoir puisque cette absence d’idée est le critère déterminant de leur embauche dans les organes de propagande de la social-démocratie d’extrême-centre, et pour finir des dirigeants occidentaux qui appellent au respect des croyances des musulmans, ce qui coûte évidemment moins cher que de respecter leur personne et leurs biens, sans oublier les délicates manipulations géopolitiques et stratégiques qui doivent s’exercer derrière tout ce foutoir, entre tout ça, donc, je me fais un devoir de ne prendre aucun parti si ce n’est peut-être celui du réfugié palestinien qui, depuis des décennies, aura trouvé soutien et espoir dans sa foi en Allah et son prophète, au milieu de son camp régulièrement ravagé par les soldats qui ont impunément assassiné ses enfants.

Et c’est pourquoi, reconsidérant l’énumération du paragraphe précédent, je répète ici à l’instar de Simon de Montfort : " Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens. "

Note : Pour ceux qui souhaiteraient me dénoncer aux Mrap, Licra et autres LDH (que je n'ai pas voulu inclure dans l'énumération ci-avant de crainte d'alourdir le texte, je me les réserve pour un autre billet) merci de me le signifier en utilisant le lien " contact " situé sur la page d'accueil, afin que je contacte mon avocat.

Après ça, ça fera du bien de revenir à nos moutons...


CUL_DE_LAMPE