01 novembre 2006

UN PEU D’AMOUR (que diable!)

Foin de pamphlets et diatribes, la vie n’est pas si noire et ce blog non plus : Il serait plutôt gris anthracite. Ou ardoise. Avec des reflets bleutés. Redonnons un peu d’optimisme donc, quelques touches claires, de l’amour en un mot. J’ai assisté récemment à une scène charmante. Devant l’entrée d’un cinéma porno. Il est situé à quelques mètres de chez moi, pas très loin du carmel dont j’ai déjà parlé (j’aime de plus en plus mettre des liens dans le texte ; je songe pour noël à écrire un texte vert sapin, pleins de liens rouges... [Lire la suite]
Posté par Pabl o à 16:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

07 septembre 2006

LE MARCHÉ AUX ESCLAVES

Il se trouve sur la place de la gare. Dans un petit bourg tranquille du nord où les maisons sont gaies, soignées, et les habitants accueillants. Alentour s'étendent des plaines couvertes de vergers et de cultures potagères. Potagères, le mot est faible : il s’agit bien plutôt de production intensive. La place de la gare est toute petite : les maisons qui la bordent forment une semi-circonférence, la petite gare coquette et ses voies tracent le diamètre qui la ferme. Deux rues en rayonnent. De l’autre côté des rails il y a des champs,... [Lire la suite]
Posté par Pabl o à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2006

DES NONNES, DES TAMOULES ET DES CHIENS QUI FONT OUI OUI

Près de chez moi se trouve un couvent de carmélites curieusement implanté au milieu d’un quartier commerçant à l’activité frénétique : ça n’est pas là qu’on s’attendrait à trouver des nonnes vouées à la contemplation.La façade est en brique, d’un style anodin des années 30 et n’était la sonnette au côté d’une discrète porte de bois sombre qui indique sobrement “couvent”, rien ne laisserait soupçonner de l’extérieur la présence d’une communauté monastique. Peut-être les grandes villes sont-elles à nos temps ce que les déserts d’Égypte... [Lire la suite]
Posté par Pabl o à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
22 juin 2006

WELTANSCHAUUNG

HAMLET Combien de temps un homme gît-il en terre avant de pourrir? LE FOSSOYEUR Ma foi, si ça n’est pas pourri avant de mourir — parce qu’on voit beaucoup de corps de vérolés ces temps-ci, à peine s’ils tiennent quand vous les mettez en terre —ça peut bien vous durer huit à neuf ans. Un tanneur vous durera neuf ans. HAMLET Pourquoi celui-là plus qu’un autre? LE FOSSOYEUR Ça, monsieur, il a le cuir si tanné par le métier que sa peau résiste à ... [Lire la suite]
Posté par Pabl o à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]